Recensements et cartographie de Quito et de son aire métropolitaine (1573-2022) 

Henry Godard, chercheur indépendant

RÉSUMÉ :

Cet article a pour objet la collecte des données et l’analyse de la base de données des plans historique de Quito et de celle de l’Institut national de statistique et recensements (INEC). Après avoir replacé cette collecte dans son contexte historique et son environnement scientifique (la réalisation du programme Atlas informatisé de Quito entre 1984 et 1992), nous aborderons : la base de données des plans historiques en cours de construction et qui comprend près de 200 documents ; les données issues des cinq derniers recensements (1982, 1990, 2001, 2010 et 2022) ; les cartes composées de nombreuses couches et réalisées avec le programme Illustrator ; les possibilités de réutilisation de ces données par les enseignants, chercheurs, professionnels et étudiants.

MOTS-CLÉS :

ÉQUATEUR — QUITO — MÉTHODOLOGIE — SIG — INFOGRAPHIE — PLANS HISTORIQUES — CARTOGRAPHIE

À partir de 2015, nous avons commencé à compléter partiellement la base de données, qui a été constituée entre 1984 et 1992 pour les besoins du programme interinstitutionnel Atlas informatisé de Quito (AIQ) qui rassemblait trois institutions équatoriennes (l’Institut géographique militaire [IGM], l’institut panaméricain de géographie et d’histoire [IPGH], l’Illustre municipalité de Quito [IMQ]) et une institution française, l’Institut de recherche scientifique pour le développement (Orstom)).

Après 2005, nous avons souhaité compléter l’Atlas publié en 1992. Il ne s’agissait pas de l’actualiser, tâche impossible sans ressources financières et sans personnel.  Nous nous sommes heurté à de multiples difficultés liées à la collecte de quelques données de base des recensements postérieurs à 1982, réalisés par l’Institut national de statistique et de recensements (INEC), et à l’hétérogénéité des variables entre les formulaires de recensement de 1990, 2001 et 2010. Nous essayons, en 2023, de travailler sur le dernier recensement qui a été réalisé à la fin de l’année 2022. L’extension de la tache urbaine de l’agglomération quiténienne, commencée en 1984 à partir des plans historiques disponibles, se poursuit depuis 2015 grâce aux plans dont disposent l’Institut géographique militaire (IGM) et l’INEC, ainsi que des images satellites de Google Earth.

Sont développés dans ce bref article deux corpus de données : les premières sont consacrées à la collecte de tous les plans disponibles dans le le cadre d’Archival City — du moins ceux auxquels nous avons eu accès — de la ville de Quito et de son agglomération, ainsi que la lecture de nombreux articles et ouvrages historiques écrits au XXe et XXIe siècle (compilation et analyse de documents depuis la fondation de Quito) ; les deuxièmes, plus récentes, rassemblent les données statistiques des recensements réalisés par l’INEC afin de croiser les variables, de mener des analyses synchroniques et diachroniques et de cartographier ces données dans une démarche comparative.

Ce second corpus de données n’est pas destiné directement au programme Archival City ; cependant, il est intéressant de l’intégrer au programme  pour deux raisons : les données dont nous disposons permettent de réaliser plusieurs centaines de cartes dont nous ne pourrons en publier qu’un nombre réduit dans l’ouvrage traitant de l’évolution de Quito et de son agglomération que nous souhaitons terminer en 2024 ; cependant, l’ensemble de ces cartes pourraient intéresser chercheurs, enseignants et étudiant souhaitant travailler sur l’ensemble de Quito, sur un quartier ou sur une fenêtre particulière puisque nous pouvons fournir des couches Illustrator spécifiques (cartographie « à la demande »).

Il ne s’agit pas dans cet article de présenter les premiers résultats de cette recherche, mais de montrer comment ont été constituées les bases de données, comment les variables ont été traitées, comment elles ont été cartographiées dans une perspective géohistorique (interrelations entre le temps, l’espace et les sociétés) et comment elles peuvent être exploitées par des enseignants, des étudiants, des chercheurs et des professionnels, qu’ils soient géographes ou historiens. Nous reviendrons également sur les difficultés qu’une telle collecte et production de données ont impliquées.

1— Les antécédents : le programme Atlas informatisé de Quito (1984-1992)

La réalisation de l’AIQ entre 1984 et 1992 nous permet de disposer d’une base de travail que nous essayons de compléter — et non d’actualiser — à partir de 2015 : élaboration de cartes thématiques comparatives à partir des recensements postérieurs à 1982 ; intégration et cartographie de données quantitatives et qualitatives non incorporées à la base principale permettant de suivre, par exemple, le déplacement des centres de gravité décisionnels depuis les années 1940 et 1950, jusqu’aux années 2020, qu’il s’agisse des pouvoirs publics (ministères), privés (sièges des banques et des grandes entreprises) et internationaux (ambassades et organisations internationales) ; tracé des limites des zones spécialisées d’activités (loisirs, patrimoine culturel, hôtels et restaurants, centres commerciaux, etc.).

De 1984 à 1992, nous n’avons pu travailler que sur le recensement de 1982 (les recensements antérieurs ne correspondaient pas aux prérequis définis dans l’accord interinstitutionnel puisqu’il s’agissait de mener une analyse synchronique de Quito ; de plus, le temps manquait pour tenter d’intégrer à la base de données les données issues du récemment de 1974 pour mener à bien le programme AIQ). À partir de 2015, les données principales des recensements de 1990, 2001 et 2010 ont été partiellement intégrées à la base de données cartographique et alphanumérique constituée dans les années 1980, soit à l’échelle des pâtés de maisons, soit à celle des secteurs de recensement, et nous disposons, depuis 2001, des données de population et d’habitat de l’ensemble de l’aire métropolitaine de la capitale équatorienne et non plus seulement de la ville (la meseta) de Quito stricto sensu. Les recensements antérieurs à 1983 (1950, 1962 et 1974) ne sont pas numérisés. Ils ont été réalisés à une échelle grossière et non à celles des secteurs de recensement et des pâtés de maisons.

Nous disposons donc d’un outil dont les objectifs, dans les années 1980-1990, étaient de : numériser l’ensemble des pâtés de maisons de Quito ; mettre en place une base de données alphanumérique à partir du recensement de 1982, le dernier disponible, et des méthodologies qui ont été transférées au département de planification de l’Illustre municipalité de Quito (IMQ) en 1992, avec le matériel informatique, dans le cadre de la collaboration entre les institutions équatoriennes et l’Orstom et des transferts technologiques ; de réaliser un diagnostic de la ville Quito au début des années 1990 (analyse synchronique) ; de produire des planches commentées prenant en compte l’évolution de la capitale depuis le milieu des années 1940 (étude diachronique) afin d’appréhender les profondes mutations spatiales et socioéconomiques de la capitale. L’ensemble de ces travaux a été présenté dans l’Atlas infographique de Quito : sociodynamique de l’espace et politique urbaine qui comprend 41 planches bilingue (espagnol et français) publiées en 1992 par les institutions ayant participé au programme AIQ.

Ces travaux ont été poursuivis, à l’échelle de l’agglomération de Quito au sein du département de planification du District métropolitain de Quito (DMQ) qui a la charge de l’ensemble du canton Quito et qui remplace l’IMQ en 1993. Ainsi, du milieu des années 1990 au milieu des années 2000, une équipe constituée de chercheurs et de professionnels de la municipalité du DMQ et de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), ex-Orstom, a travaillé sur l’ensemble de l’agglomération quiténienne. L’axe central des analyses innovantes menées à l’échelle de l’agglomération a porté sur la problématique des risques. De ce fait, l’intégration des données des recensements de 1990 et de 2001, qui auraient permis de mener une analyse diachronique de l’évolution de l’agglomération, n’a pas été réalisée.

Cependant, les analyses fines de la problématique des risques ont permis la publication entre 1996 et 2005 d’ouvrages qui font référence. Cependant, après 2005, les recherches scientifiques et les publications de la municipalité, associée à l’IRD, entre autres, ont été suspendues et jusqu’à la fin des années 2010. Seul l’Instituto de la Ciudad de Quito (ICQ), qui est en train de disparaître, continuait de mener des opérations de recherche-action. Depuis les années 2000, il semble que les études urbaines aient perdu de leur intérêt pour de multiples raisons que nous n’évoquerons pas dans ce papier. Si nous nous concentrons seulement sur le contexte national, les changements d’orientation des politiques publiques et des préoccupations de la municipalité ont très certainement joué un rôle important dans le déclin des études urbaines.

Les principales difficultés auxquelles nous nous sommes heurté nous ont empêché d’entreprendre une étude de grande envergure. Nous avons dû réduire nos prétentions initiales (analyse diachronique de quelques catégories socioprofessionnelles et des rames d’activité, actualisation d’enquêtes légères menées pour réaliser l’Atlas) en raison de l’absence de budget et du manque de personnel. En effet, depuis le milieu des années 2000, les chercheurs français affectés en Équateur ont regagné la France ou d’autres pays à l’occasion de mutations et les professionnels équatoriens ont été appelés à d’autres tâches en raison de l’abandon progressif des recherches scientifiques du département de planification urbaine. En 2023, la coopération franco-équatorienne est réduite et l’IRD ne rassemble plus que quelques chercheurs alors que dans les années 1980-2000, la mission Orstom comptait plusieurs dizaines de chercheurs et le programme AIQ rassemblait une vingtaine d’Équatoriens et de Français. Lors des périodes d’enquêtes spécifiques de plusieurs mois, le groupe atteignait plus de quarante personnes.

Depuis 2015, deux retraités, un Équatorien et un Français, essaient de compléter et d’actualiser une partie des données du recensement de 1983, de choisir des variables permettant de comprendre l’évolution de l’agglomération, de cartographier de nouvelles données issues des ressources d’Internet afin de mener à bien quelques analyses diachroniques. Enfin, le dernier problème est lié au programme informatique de système d’information géographique SIG Savane que nous utilisons depuis près de quarante ans ; en effet, il a été créé par l’ingénieur informatique de l’Orstom-IRD Marc Souris. Il l’a développé pour les besoins du programme AIQ puis pour ceux du service de planification. Il a ensuite quitté l’Équateur et est aujourd’hui en retraite. Depuis une dizaine d’années, aucune institution équatorienne n’utilise ce logiciel, qui a été remplacé par les SIG commerciaux ou QGIS, gratuit et en évolution permanente. En 2023, José Tupiza, ingénieur équatorien qui a commencé l’aventure AIQ à ses débuts et moi-même, souhaiterions que les travaux réalisés depuis quatre décennies puissent survivre et être déposés dans une bibliothèque ou une université.

C’est à l’occasion d’un partenariat entre l’Institut métropolitain du patrimoine (IMP) et l’Université andine Simón Bolívar-Équateur (programme Dinámicas socio espaciales, memoria socio histórica y patrimonio cultural Centro Histórico y parroquias del DMQ) que nous avons réalisé plusieurs missions de moyenne durée à partir du début de l’année 2015. En dix semaines (janvier et février 2015), nous sommes parvenu à collecter et « protéger » 23 Go de documents divers, historiques et géographiques, dispersés entre de nombreuses institutions qui nous ont été fournis, souvent officieusement, par des institutions et des amis architectes et urbanistes. À l’ère des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), l’Équateur a fourni de gros efforts pour numériser une grande partie des documents qu’il était difficile de consulter dans les années 1980 et 1990 et qui souvent n’existaient qu’à quelques exemplaires.

On ne peut que regretter la dispersion de ces textes, statistiques et cartes ; en effet, il n’existe aucune structure qui centralise les informations existantes. Plus grave, les productions des multiples divisions du DMQ, des ministères et du Gobierno de Pichincha sont parfois tombées dans l’oubli et chaque institution produit des documents de base dont l’existence est inconnue des autres services institutionnels. Il est donc très fastidieux de récupérer les publications et il faut souvent passer par des voies détournées pour copier sur des clefs USB l’ensemble de la documentation produite depuis les années 1990.

À la fin de l’année 2015, nous nous sommes installé définitivement à Quito et avons commencé à recueillir de nouveaux documents institutionnels et articles scientifiques, plans historiques, cartes et données des recensements non intégrés à la base Savane afin d’actualiser quelques cartes de l’Atlas, trente ans après sa publication. Nous avons consulté de nombreux fonds d’archives et nous avons rencontré de multiples difficultés pour comparer les variables des derniers recensements et faire l’inventaire depuis quelques mois des plans historiques dans le cadre du programme Archival City.

2— Des plans historiques aux tracés à partir de Google Earth : une base de données en construction

Sans prétendre à l’exhaustivité, nous pensons avoir collecté la plupart des plans historiques de Quito de 1573 aux années 2020 (environ 3 Go), des ouvrages et des articles relatifs à l’aire métropolitaine et au DMQ et les plus importants rapports institutionnels, ordonnances et plans d’aménagement et de développement de Quito et du DMQ produits depuis le début des années 1990.

Certaines bibliothèques renommées s’attachent à préserver le patrimoine culturel et historique en menant un archivage organisé des trésors équatoriens, qu’il s’agisse d’originaux de plans et cartes ou de documents officiels publics et privés depuis de la colonisation espagnole, entre autres. Cependant, ce n’est pas le cas d’autres centres de recherche ou d’institutions publiques, en raison du manque de mémoire historique (disparition du plan régulateur G. J. Odriozola de 1945, origine de la planification de Quito) ou du déménagement dans un espace réduit : diminution de l’aide internationale, du nombre de chercheurs et désaffection des études urbaines. Le fonds est, soit donné à une autre institution, soit jeté.

En 2023, nous avons pu rassembler 110 plans de la ville et de l’agglomération de Quito de 1573 à 2022 : 3 du XVIe siècle, 12 du XVIIIe, 2 de la première moitié du XIXe, 11 de la seconde moitié du XIXe, 23 de la première moitié du XXe, 36 de la seconde moitié du XXe et 23 du XXIe siècle. La plupart des plans proviennent de l’Institut métropolitain du patrimoine, de la Bibliothèque centrale et des archives historiques de la Chancellerie qui dépend du Ministère des Relations extérieures et de mobilité humaine et surtout de la Bibliothèque équatorienne Aurelio Espinosa Pólit (BEAE).

Il était prévu d’accompagner ce paper d’une base de données alphanumériques de l’ensemble de ces plans pour le programme Archival City constituée d’une fiche par plan ainsi que le plan destiné aux chercheurs, enseignants et étudiants menant des études sur Quito et son agglomération. Nous n’avons pas encore terminé cette tâche par manque de temps : délais d’attente pour obtenir l’autorisation du directeur de chaque institution afin de consulter et photographier les plans originaux (Archive historique nationale, Mapothèque historique du Ministère des Relations extérieures et mobilité humaine, Centre culturel métropolitain) ; visite des bibliothèques à plusieurs reprises afin de rectifier les erreurs trouvées dans les fiches listant les plans dans les bases de données des institutions, avec l’aide des bibliothécaires chargés des fonds cartographiques ; vérification des fiches dont les plans n’ont pas été photographiés ; bases de données complexes — certaines bases ont été commencées en 2010, leur structure n’a pas été actualisée et les vignettes des plans n’ont pas été insérées dans la fiche ; difficultés de consultation de la base alphabétique (critères de recherche basiques empêchant une recherche chronologique ou par type de plans) ; les caractéristiques de la fiche signalétique ne renvoient pas directement au plan (figures 1 et 2).

La base de données de la BEAEP, qui constitue le socle de la base que nous construisons, comprend 271 plans, ; cependant, 150 n’ont été pris en compte : plans légèrement modifiés (couleurs, typographie, nomenclature, etc.) et qui apparaissent chacun accompagné d’une fiche signalétique différente ; fiche vide ; fiche non liée à un plan ; fiche dont le plan n’a pas encore été photographié. Malgré ces quelques défauts, il faut louer les efforts de la BEAEP qui est la seule institution qui dispose d’un catalogue en ligne permettant de consulter les fiches de l’ensemble de la bibliothèque (plus de 48 000 titres se réfèrent à la recherche du vocable « Ecuador »).

La base de données que nous sommes en train de constituer est achevée à environ 85 %. Outre les plans de Quito, elle comprend : les cartes topographiques de la capitale et de son agglomération (11 de 1928, 17 de 1986-1992, 18 de 2008 et 18 de 2013) ; les orthophotoplans (plan, généralement au 1/5 000, obtenu par correction planimétrique d’une photographie aérienne avec superposition des courbes de niveau et de la toponymie). Nous n’avons tenu compte ni des plans d’organisation territoriale de la capitale équatorienne, de l’agglomération quiténienne et du DMQ depuis 1967 — en effet, ces documents institutionnels sont faciles d’accès et comportent des centaines de cartes —, ni des cartes topographiques qui font l’objet de fiches particulières.

Figure 1 — Structure de la base de données la BEAEP

Figure 2 — Fiche descriptive extraite de la base BEAEP

La base de données que nous élaborons comprend donc près de 200 documents qui incluent des détails de certains plans, les nomenclatures agrandies, des plans à vocation publicitaire et touristique qui seront intégrés dans le logiciel AToM dans quelques semaines. La structure de cette base a été réalisée sous Excel.

Nous présentons ci-dessous quatre plans choisis en fonction de leurs caractéristiques très différentes. Il s’agit de montrer les possibilités de réutilisation des cartes et plans par d’autres chercheurs, étudiants et professionnels qui souhaiteraient travailler sur l’extension de la capitale équatorienne, l’évolution du langage cartographique et de la sémiologie graphique, l’adéquation entre les plans prévisionnels et la réalité de la croissance de la capitale, etc. Les figures 3, 4, 5, 6 et 7 présentent les plans en basse résolution afin qu’ils pèsent un poids raisonnable en Ko ou Mo.

Cependant à la base de données seront associés les plans originaux dont le poids est parfois supérieur à 200 Mo. En général, nous avons choisi les plans dont la résolution est la plus élevée. Toutefois, dans la plupart des cas, nous avons téléchargé le plan de la BEAEP photographié dans son ensemble ; or, afin de disposer d’une haute résolution, l’institution a fractionné les plans de grandes dimensions en plusieurs feuilles (de 2 à 22). Nous n’avons pas téléchargé chacune des feuilles pour deux raisons : d’une part, il est nécessaire de monter ces différentes feuilles, ce qui suppose un long travail ; d’autre part, le coût de chaque téléchargement serait trop élevé pour un chercheur sans appui financier.

Figure 3 — Anonyme Tracé de Quito (1573)

Figure 4 — Gualberto Pérez, J. Plano de Quito con los planos de todas sus casas (1887)

Figure 5 — Holguín Bálcazar Plano indicador de la ciudad de Quito (1939)

Figure 6 — Paz y Miño L. Quito, plano n° 4 (1960)

Figure 7 — The Explorer Quito: Tourist Map (1998)

À partir de 2015, nous avons eu recours à Google Earth pour délimiter l’extension de la tache urbaine, en l’absence de plans récents, hormis celui de l’Institut géographique militaire de 2020. Si les plans présentent une situation synchronique (extension de la ville à un instant t), ils ne permettent pas d’analyser les composantes démographiques et l’évolution des inégalités sociales. C’est donc pour mener une analyse diachronique que nous avons eu recours aux données des quatre derniers recensements produits par l’Institut national de statistique et de recensement (INEC).

3— Les recensements : les problèmes d’homogénéité des données statistiques et le choix limité des variables

Il ne s’agit pas d’analyser finement l’évolution de la situation économique des Quiténiens entre les différents recensements disponibles, mais d’isoler quelques marqueurs pertinents permettant de comprendre l’évolution démographique, spatiale et socioéconomique de l’agglomération quiténienne et de ses habitants depuis les années 1980.

Quelques éléments préalables doivent être énoncés. Nous avons choisi quatre indicateurs complémentaires qui montrent l’évolution de la population, des densités, des structures par âge et de la promiscuité à l’intérieur des appartements et des maisons, quel que soit le niveau socioéconomique. Ils sont représentatifs des mutations urbaines et de l’évolution des processus ségrégatifs. Cependant, en raison du manque d’homogénéité des recensements il nous a été impossible de choisir des indicateurs relatifs à la rame d’activité ou aux différentes professions, par exemple. En effet, le questionnaire est modifié lors de chaque recensement, ce qui empêche une analyse diachronique de l’ensemble des indicateurs depuis 1982 ; les codes utilisés par l’INEC en 1982 ont changé en 1990, 2001 et 2010 et il est très difficile d’établir les correspondances entre les quatre recensements. Il est possible qu’avant la fin de l’année, il nous soit permis de résoudre partiellement ces difficultés.

En effet, l’INEC, après avoir fait une demande au directeur, devrait mettre à notre disposition un technicien qui pourrait réaliser quelques traitements statistiques sur plusieurs composantes : ils permettraient d’appréhender, sur la durée, quelques nouvelles variables relatives à l’activité professionnelle (lieu de résidence de deux catégories socioprofessionnelles permettant de mettre en évidence les processus de ségrégation sociospatiale, par exemple). L’institution pourrait également nous fournir des couches d’information issues du recensement de décembre 2022 dont les données en ligne ne peuvent être, pour l’instant, sur notre ordinateur en raison des formats de fichier et des obstacles dus aux fenêtres spatiales choisies.

Si nous n’avions pu travailler que sur le recensement de 1982 lors de la réalisation du programme AIQ, ceux de 1990, 2001 et 2010 ont été partiellement intégrés à la base de données, soit à l’échelle des pâtés de maisons, soit à celle des secteurs de recensement ; depuis 2001, nous disposons des données de l’ensemble de l’aire métropolitaine et non plus seulement de la ville de Quito.

Les quatre échelles d’analyse choisies sont complémentaires et s’interpénètrent bien souvent :

  • le District métropolitain de Quito (DMQ) ou canton Quito ; les données statistiques sont travaillées à l’échelle des paroisses (échelle peu pertinente, trop grossière, puisque le DMQ compte 32 paroisses rurales et 33 paroisses rurales et suburbaines) ;
  • l’aire urbanisée de l’agglomération de Quito, qui correspond à l’échelle du Plan d’utilisation et d’occupation du sol (PUOS), devenu Plan d’utilisation et de gestion du sol (PUGS) de Quito, en vigueur de 2021 à 2033 ; le traitement des données est réalisée à l’échelle des secteurs de recensement ;
  • l’aire urbaine de la ville de Quito stricto sensu (aire consolidée, vallées et mesetas non incluses) ; les travaux sur les variables choisies sont effectués à l’échelle des pâtés de maisons ;
  • les onze « coups de zoom » qui permettent une analyse beaucoup plus fine [les quatre vallées et mesetas, les cinq secteurs intra-urbains, le centre historique et le centre fonctionnel ;

Pour chacun des recensements, les données sont cartographiées aux échelles suivantes :

  • 1982 : données du recensement à l’échelle des pâtés de maisons de la tache urbaine de Quito. En raison des moyens techniques dont nous disposions dans les années 1980 et de la lenteur de la digitalisation de l’ensemble des pâtés de maisons de Quito, les vallées n’avaient pas été prises en compte.
  • 1990 : données du recensement à l’échelle des pâtés de maisons de la tache urbaine de Quito. Les vallées n’ayant pas été prises en compte.
  • 2001 : données du recensement à l’échelle des pâtés de maisons du PUOS (Quito et les chefs-lieux de paroisses rurales).
  • 2010 : données du recensement à l’échelle des pâtés de maisons du PUOS [Quito et les chefs-lieux de paroisses rurales]. Cependant, nous ne disposons que de la population totale et du nombre d’hommes et de femmes, ce qui nous permet tout de même de calculer l’évolution des densités pendant les périodes intercensitaires.

Les représentations cartographiques permettent de mettre en évidence les échelles de travail et les thématiques cartographiées.

4— Représentation cartographique et réutilisation des données

Les figures 8 à 12 présentent les quatre échelles de travail : le DMQ — qui regroupait 6 000 secteurs de recensement en 2010 , le PUOS [aire métropolitaine], la meseta — qui rassemblait 4 000 secteurs de recensement en 2010 et le centre historique ; chacune présente un indicateur différent parmi ceux que nous avons choisi : en effet, ce sont les seuls qui permettent de comparer les données des trois ou quatre derniers recensements. une thématique différente

Figure 8 — Le DMQ [canton Quito] : limites et paroisses.

Source : base de données AIQ ; recensements INEC.

Élaboration : H. Godard ; J. Tupiza

Figure 9 — L’extension de la tache urbaine de l’aire métropolitaine [PUOS] [1760-2021]

Source : base de données AIQ ; recensements INEC.

Élaboration : H. Godard ; J. Tupiza

Figure 10 — La promiscuité à Quito en 2010 [meseta]

Source : base de données AIQ ; recensements INEC. Élaboration : H. Godard ; J. Tupiza

Figure 11 — Taux de croissance du centre historique de Quito entre 1982 et 2010 [%]

Source : base de données AIQ ; recensements INEC. Élaboration : H. Godard ; J. Tupiza

Figure 12 — La sectorisation de Quito et de son aire métropolitaine

Source : base de données AIQ ; recensements INEC. Élaboration : H. Godard ; J. Tupiza

Le découpage subjectif de Quito [division personnelle] rassemble cinq secteurs intra-urbains [Quito stricto sensu ou meseta], quatre assemblages de portions de cercle qui regroupent les vallées et les mesetas des zones suburbaines de l’agglomération ou « banlieues » et deux secteurs spécifiques, qui n’apparaissent pas sur la carte : le centre historique et le centre fonctionnel. Cette division permet de réaliser des analyses beaucoup plus fines et pertinentes. Si, par exemple, nous réalisons une carte des densités par secteur de recensement à l’échelle de l’agglomération, les zones suburbaines sont noyées dans l’aire couverte par le PUOS. En revanche, si nous construisons une carte des densités de l’une des neuf zones urbaines de Quito ou de l’agglomération, nous allons pouvoir visualiser les différences internes au secteur considéré [figures 14 et 15].  

 

Figure 13 — La densité de la population de l’aire métropolitaine en 2010 [PUOS]

Sources : base de données AIQ ; recensements INEC. Élaboration : H. Godard ; J. Tupiza

Figure 14 — La densité de la population de l’arc Cumbayá-Guayallabamba en 2010 [PUOS]

Il est bien sûr impossible que nous traitions l’ensemble des données disponibles, à toutes les échelles de travail, qu’il s’agisse des plans historiques ou des données des recensements. Cependant, à partir de la base de données plans historiques et celle de l’INEC, nous pouvons fournir aux chercheurs, enseignants, professionnelles et étudiants, les originaux des plans souhaités et les couches Illustrator nécessaires à toute investigation, quelle que soit l’échelle de travail choisie. Il est également possible de fournir des données pour toute fenêtre de travail si nous disposons des coordonnées géographiques.

Il est possible de croiser les plans de Quito publiés depuis les années 1940 avec les schémas directeurs et d’aménagement proposés depuis 1945 [Plan director de urbanismo de San Francisco de Quito de 1967, Quito y su área metropolitana, plan director 1973-1993, Plan Quito de 1980, La planificación del desarrollo territorial en el distrito metropolitano de Quito de 2009, le Plan metropolitano de ordenamiento territorial 2012-2025] et avec les documents sectoriels publiés par les institutions publiques [Diagnósticos estratégicos del DMQ, Plan maestro de movilidad para el distrito metropolitano de Quito 2009-202, PUOS et PUOGS et les Planes parciales de ordenamiento territoriales de 2007].

La superposition des schémas directeurs élaborés [les prévisions] et des cartes l’évolution réelle de la ville et de son aire métropolitaine permettrait d’appréhender les grandes politiques urbaines qui ont été menées depuis plus de 80 ans, les réalisations effectives et les projets non aboutis, l’évolution de la tache urbaine et les modes de croissance de la capitale équatorienne. Il serait également très intéressant d’affiner la carte de croissance de la tache urbaine que nous avons réalisée dans les années 1980 [évolution entre 1573 et 1960]. Enfin, il est possible de travailler sur l’évolution d’un quartier depuis les années 1940 et d’analyser l’évolution des nomenclatures détaillées des édifices publics, des lieux de culte, des hôtels, des cinémas, etc. afin de montrer l’évolution et les dynamiques de ce quartier depuis 1900 et d’apprécier les mutations du tissu urbain.

Ces propositions ne sont bien sûr pas exhaustives. Tous les matériaux sont réunis pour mener à bien des études complémentaires. En ce qui concerne les cartes, nous les présentons au format .jpeg ce qui empêche de les modifier. Cependant, nous disposons de toutes les cartes au format Illustrator [. ai] et dans ce cas il est possible d’envoyer la carte originale accompagnée de ses différentes couches qui peuvent être modifiées [figure 16]. De plus, nous pouvons réaliser des cartes à la demande, hors secteurs précédemment définis, si la fenêtre d’étude nous est fournie puisqu’elle peut ne pas correspondre à celles que nous avons choisies.

 

Figure 16 — Les couches disponibles (Illustrator). ai

La conclusion est simple : si ces documents vont nous permettre de publier un ouvrage géohistorique relatif à Quito et son agglomération, l’ensemble des plans historiques, des bases de données statistiques et des cartes élaborées peuvent être adaptées aux besoins spécifiques de chacun.

Bibliographie

  • Biblioteca Ecuatoriana Aurelio Espinosa Pólit (BEAE). Consultation du catalogue en ligne et téléchargement des plans de Quito. https://www.beaep.ec/index.php/servicios/catalogo-en-linea.
  • Biblioteca Municipal Federico González Suárez. Consultation de plans historiques de Quito. https://www.facebook.com/pages/Biblioteca%20Municipal%20Federico%20González%20Suárez/1791305661176966/.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger, Pascale. 2001. Almacenamiento transporte y peligrosidad. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger, Pascale. 2002. Economia urbana y riesgos en el DMQ. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger, Pascale. 2002. Los lugares esenciales del DMQ. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger, Pascale. 2002. Economía urbana y riesgos en el DMQ. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger. Pascale 2002. El patrimonio DMQ valoración de sus principales elementos y análisis espacial. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger, Pascale. 2002. Salud y riesgos en el DMQ. Análisis espacial y vulnerabilidad de los establecimientos de salud. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Rober. 2004. Análisis de la reducción de la vulnerabilidad en el DMQ. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • D’Ercole, Robert ; Metzger, Pascale. 2004. La vulnerabilidad del DMQ. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • Demoraes, Florent. 2005. Movilidad, elementos esenciales y riesgos en el DMQ. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement : Instituto francés de estudios andinos (IFEA)
  • Gindeya Muñoz, Raed. 2018. Análisis de la morfología histórica en relación con el proceso de cercimiento urbano. El caso de Quito y la expansión urbana.Thèse doctorale (histoire, histoire de l’art et géographie). Palma : Universitat de les Illes Balears. https://www.academia.edu/83904376/Análisis_de_la_morfolog%C3%ADa_histórica_en_relación_con_el_proceso_de_crecimiento_urbano_El_caso_de_Quito_y_la_expansión_urbana.
  • Gómez, Rafael. Mapoteca Histórica del Ministerio de Relaciones Exteriores: la construcción histórica del espacio nacional, como soporte institucional y científico a la investigación. s. d. AFESE 62, p. 241-259. https://www.afese.com/img/revistas/revista62/mapoteca.pdf.
  • Instituto Geográfico Militar (IGM). Téléchargement de plans de Quito et de feuilles topographiques. http://www.geograficomilitar.gob.ec
  • Instituto Geográfico Militar (IGM), Instituto Panamericano de Geografía e Historia-sección Nacional del Ecuador (IPGH), Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM). 1992. Atlas infographique de Quito, sociodynamique de l’espace et politique urbaine (dir. De Maximy, René, Godard, Henri, Souris, Marc). 41 planches bilingues (espagnol, français). Quito : IGM. https://biblio.flacsoandes.edu.ec/libros/126507-opac.
  • Instituto Metropolitano del Patrimonio. Téléchargement de plans historiques de Quito. https://patrimonio.quito.gob.ec.
  • Instituto nacional de estadística y censos (INEC). 1982. IV censo de poblaci6n y III de vivienda. 1990. V censo de poblaci6n y IV de vivienda. 2001. VI censo de poblaci6n y V de vivienda. 2010. VII censo de poblaci6n y VI de vivienda. 2022. VIII censo de poblaci6n y VII de vivienda (résultats en cours de publication). Quito : INEC. https://www.ecuadorencifras.gob.ec/institucional/home/
  • Instituto nacional de estadística y censos (INEC). Postérieur à 2010. Evolución de las variables investigadas en los censos de población y vivienda del Ecuador 1950, 1962, 1974, 1982, 1990, 2001 y 2010. Quito : INEC. https://www.ecuadorencifras.gob.ec/documentos/web-inec/Publicaciones/Evolucion_variables_1950_2010_24_04_2014.pdf.
  • Metzger, Pascale ; Bermúdez, Nury. 1996. El medio ambiente urbano en Quito. Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • Metzger, Pascale. 2001. Perfiles ambientales de Quito Quito : Municio del Distrito Metropolitano de Quito ; Institut de recherche pour le développement.
  • Ministerio de Relaciones Exteriores y Movilidad Humana. Biblioteca Central y Archivo Histórico de la Cancillería. Mapoteca Histórica. Possibilité de photographier des plans historiques de Quito.
  • Ortiz Crespo, Abram, Matthias, Segovia Nájera, José. 2007. Damero. Quito : Instituto Metropolitano de Patrimonio (IMP), Fondo de Salvamento del Patrimonio Cultural (Fonsal). https://patrimonio.quito.gob.ec/?p=2343.


Citer ce billet
Annalaura Turiano (2023, 27 novembre). Recensements et cartographie de Quito et de son aire métropolitaine (1573-2022) . Archival City. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/beu4

Une réflexion sur « Recensements et cartographie de Quito et de son aire métropolitaine (1573-2022)  »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.